Présentation

  • : Le blog de Place publique
  • Le blog de Place publique
  • : Prolongement numérique du journal Place publique, publié depuis l'été 2010 par des citoyens du pays de Reillanne dans les Alpes de Haute Provence
  • Contact

L'ACTU de Place Publique

  Place Publique

Télécharger les numéros :

Automne 2013
Reillanne Place Publique N°9

Hiver 2013
Reillanne Place Publique N°8

Automne 2012 

Reillanne Place Publique N°7

Printemps 2012 

Reillanne Place Publique N°6

Automne2011- hiver 2012 

Reillanne Place Publique N°5

Été 2011

Reillanne Place Publique N°4

Printemps 2011

Reillanne Place Publique N°3

Hiver 2011

Reillanne Place Publique N°2

Automne 2010

Reillanne Place Publique N°1

Été 2010

Reillanne Place Publique N°0

 

 

Ecrivez-nous 

place.publique@orange.fr

Marseille 14/04/2012 Plage au Peuple

photo26 

 

L'album photo du rassemblement

du Front de gauche

à Marseille   le 14/04/2012

est en ligne ci-dessous.

Photo P. Weber

 

Photo67

Des Reillannais à la Bastille le 18 mars

voir le reportage photo de Pierre Weber 

 

15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 18:23
Salut PP,

Toujours aussi "atone", "aphone", bref tu as du mal à sortir de ton asthénie.

En même temps, je te comprends et le titre lu dans le journal "LA DECROISSANCE" montre bien comment le monde est anormal.

Pour ma part ce courant des objecteurs de croissance est bien le seul a réellement vouloir le contratrier tel qu'il va.

Alors plusieurs passage de l'article pour t'en rendre compte par toi-même :

 

" Petit rappel : depuis 2008 le PIB grec a baissé de 25%. Un grec sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Est-ce la décroissance ? Pas du tout : c'est une récession."

Ce premier passage est le discours tenu officiellement pour discréditer la décroissance y compris dans les partis de gauche. Entendu à Reillanne même, lors de diverses rencontres.

 

"Le capitalisme, c'est le mode de gestion de la violence sociale."

Plus communément admis par le dogme libéral (attention de ne pas en faire partie) sous le mot de "compétitivité". Ce qui en période de crise majeure de ce système amène à la perte des moins rentables (même s'ils le sont un peu...) des entreprises et des Etats.

 

" Les pauvres auront sauvé par leurs souffrances les abstractions économiques et l'ordre social."

La diminution des "charges" (nous savons ce qu'elles sont et qui elles concernent donc) permet de renouer avec la croissance, même si le niveau général de production a baissé. Et tout le monde (comme quoi il est bien anormal, le monde) de chanter, alélouia, de nouveau le PIB progresse.

 

" Or de telles politiques keynésiennes - se parant d'un vernis social - ont régulièrement échoué à relancer les économies dans le contexte contemporain (une suraccumulation mondiale du capital).

Cela peut fonctionner un petit temps mais nous savons aujourd'hui que cela s'exerce au détriment de ce qui nous porte càd les milieux naturels.

 

" Y a-t-il une autre voie ? Le ministre grec Varoufakis a prononcé une très belle phrase : "Nous sommes prêts à mener une vie austère, ce qui est différent de l'austérité." ".

Nous le savons, le saut dans l'inconnu est la possibilité d'une nouvelle survenance de sang et de larmes. Mais nous savons aussi que ce saut ou ce pas se fera vers la liberté. Vers un monde débarrassé de la "contrainte mortifère de la rentabilité".

 

" Car il n'est pas envisageable de conserver l'abondance marchande sans la violence sociale qui la rend possible. [...] Pour le dire autrement : la solution à nos maux n'est pas dans les mains d'un gouvernement. Les populations y sont-elles prêtes ? "

 

 

" Et en tout premier lieu, la réaction violente des classes dirigeantes. C'est pourquoi une des premières mesures de salubrité publique serait de couper les ponts entre les cadres de la police, l'extrême-droite et la haute bourgeoisie du pays... "

 

" Mais c'est la première fois qu'il est possible en Europe d'aborder des questions aussi fondamentales sans faire de la fiction. Gageons que ce n'est pas la dernière. Car si ne doit plus vivre que ce qui est rentable, la situation grecque est notre futur proche à tous. "

 

Sortir de l'économie, du capitalisme, du libéralisme (appelez ce système comme bon vous semble, mais tous relève du même dogme religieux car il faut bien appeler un chat un chat) est plus que nécessaire. Réfléchissons bien!

 

Bonne journée.

Anarmicalement.

 

letiti04

Partager cet article

Repost 0
Published by placepublique.over-blog.fr - dans C'est vous qui le dites
commenter cet article

commentaires